Un système de tatouage complexe

S’il est un pays où le tatouage est devenu art sacré, c’est bien en Thaïlande. Bien connu des adeptes du tatouage, le Sak Yant est un système complexe qui puise ses origines tant dans le bouddhisme que l’animisme ou encore le brahmanisme.

Son iconographie est composée de diagrammes, de formules sacrées mais aussi d’images qui peuvent être de déités ou d’animaux. Les motifs, les yantras, sont des talismans qui, dans l’esprit de celui qui reçoit le tatouage, va les protéger des maladies, malheurs en tout genres mais aussi de manière plus surprenante des balles qui pourraient atteindre le tatoué !

Le tatoueur thaïlandais va insuffler un souffle magique au tatouage

La place du tatoueur, comme au Japon ou en Chine, est primordiale. Là où, au Japon, il est commun que le tatoueur place sa signature comme un cartouche au centre de son œuvre (sur le tatoué donc !), le tatoueur thaïlandais va pour sa part « activer » le tatouage en lui insufflant un souffle magique ; cette incantation, qui a pour nom khru sak, va lier pour toujours l’artiste et le porteur du tatouage.

Transcription de Sak Yant en occident

Mis en avant par Angélina Jolie dans les années 90s, il est désormais bien connu dans le champs artistique ; dans la calligraphie tibétaine, il voit son équivalent réalisé sur une à plusieurs colonnes, qui permet de traduire un texte assez long (voir la page dédiée pour commander).