Lungtok Choktsang, artiste, professeur et médecin tibétain

(voir Page Wikipedia dédiée)

Lungtok-ChoktsangLungtok Choktsang est un professeur de tibétain, au parcours incroyablement riche et fort. Artiste reconnu, ses œuvres font désormais partie de l’histoire du tatouage, dont elles ont conquis un grand nombre d’aficionados.

Lungtok Choktsang est un médecin tibétain installé en France depuis près de 20 ans. Après avoir terminé ses études de médecine traditionnelle au Tibet, il fut l’un des médecins fondateurs de l’hôpital de Shitsang Gompa, hôpital de médecine traditionnelle sur les hauts plateaux de l’Amdo. Il s’engage auprès de ses collègues médecins tibétains et intervient pour diriger des opérations auprès des populations tibétaines.

Le texte suivant a été rédigé par Tulku Péma Wanchen Rinpoché, également connu sous le nom de Kathok Tulku Rinpoché, le 18 décembre 2000 à Taïwan.

 

Lungtok Choktsang est né le 14 avril 1966 dans la famille de Choktsang, au cœur de la vallée médicinale de Gonpothang, où coulent paisiblement les eaux bleues de Lutchu. Son père s’appelle Khetsun et sa mère, Lapdreun.

Dès son jeune âge il est allé à l’école pour y apprendre notamment l’écriture tibétaine et chinoise, avant d’entrer à Shitsang Gompa, le grand monastère de l’instructeur Déba Serthri, l’omniscient à la suprème compassion rayonnante. Il y a étudié la doctrine générale du bouddhisme, la dialectique, l’astrologie et la calligraphie (lettres d’imprimeries et cursives).

Guéshé Jamyang Gyatso, Gueshé Sangyé et Gueshé Damtcheu, entre autres, lui ont donné à de nombreuses reprises des enseignements sur les sciences telles que la dialectique, ainsi que les instructions de la lignée sur les soutras et les Mantras secrets.

Kyabgön Dewa Thrichen lui ayant enjoint affectueusement d’étudier la médecine tibétaine, il est entré en 1985 à l’Institut Médical du Tibet où il a entrepris l’étude historique de la tradition thérapeutique du Tibet sous la férule de son maître vénéré, le grand médecin et savant Tenkho.

Il y a assimilé les quatre grands traités fondamentaux avec, pour embellir le tout, les instructions relatives à la conduite correcte du thérapeute. Par l’observation, l’écoute et l’analyse, il s’est employé durant six années à identifier les maladies, leurs causes principales et secondaires ainsi que leurs effets.

Il a étudié à la perfection les préparations médicinales faites à base de plantes, de minéraux ou de substances animales et a analysé leur nature, leur goût et leur pouvoir. Plus particulièrement, il s’est rendu en compagnie de l’illustre professeur Tenkho dans les montagnes dont celle de Shardoung.ti, pour reconnaître les plantes médicinales. Il s’est initié à la cueillette, à la fabrication des médicaments, à leur posologie et a appris les soins à apporter aux malades, ainsi que les conseils à donner en matière d’alimentation et de comportement.

C’est ainsi qu’il s’est absorbé dans l’étude de la science médicale en s’imprégnant des nombreux ouvrages fondamentaux jusqu’au moindre d’entre eux, en réfléchissant et en mémorisant notamment les traités classiques de la tradition. Il s’est appliqué également à la confection de médicaments à base de mercure, selon les instructions spéciales de la tradition tibétaine. Il a assimilé ainsi tous les aspects de la science médicale.

Pour répondre à l’exhortation et à la promesse faite de mettre en pratique le savoir médical pour le bien d’autrui, il a obtenu du savant Thorou Tsénam les initiations, transmissions et instructions de “ l’essence du cœur de Youthog ” [g.yu thog snying thig], ainsi que nombre de préceptes très secrets. Alliant pratique et théorie, il a réfléchi aux instructions de la lignée, relatives notamment aux méthodes de fabrication des pilules précieuses. Etant parvenu ainsi au terme des études médicales, il a pris en charge la fabrication des médicaments au dispensaire du Monastère de Shitsang Gonpa. Arrivé en Inde en 1993, il a étudié quelque peu le hindi et l’anglais et, en 1995, il s’est rendu à Taïwan, à l’invitation du centre bouddhiste de Kathog Rigdzin Chenpo.

De Khenchen Péma Tséwang et de Nyoshul Khen Rinpoché notamment, il y a obtenu de nombreuses directives relatives aux pratiques Dzogchen de Thregchö et de Thögal selon le “ triple cycle de la libération naturelle ” [rang grol skor gsum]. Il s’est employé à promouvoir la médecine tibétaine tout en donnant des consultations et des médicaments pour certaines personnes malades, et de surcroît, a enseigné l’ître la tradition médicale du Tibet.

Enfin, ce message de  Lungtok Choktsang :
“La tradition tibétaine médicale est très ancienne. Je crois intéressant d’apporter des informations sur ce site sur la médecine tibétaine ; car si ces informations existent en anglais, elles sont plus rares en langue française. Ce site est simplement une ébauche, j’apporterai plus d’informations par la Suite.

Si ce sujet vous intéresse, vous trouverez donc des informations supplémentaires au fur et à mesure. Les projets que nous avons pour le site : introduction à de nombreux médicaments tibétains, puis à la calligraphie et la culture tibétaines. Avec des photos, des écritures, les lignées du bouddhisme…

Pour le moment, nous n’avons pas les meilleures conditions de travail, notre temps et notre matériel sont réduits, j’ai une expérience dans la médecine mais pas vraiment dans les nouvelles technologies! J’espère pourtant que vous apprécierez ce site et les informations qui s’y trouvent. Si vous souhaitez nous aider (financièrement ou technologiquement), vous êtes les bienvenus, n’hésitez pas à nous contacter. Un merci tout particulier à Jean-François Buliard qui a traduit l’ensemble des textes de tibétain en français.”

Discussion

Comments (1)